Dans certaines églises, à l’occasion de certaines festivités au cours de l’année, se tiennent diverses pratiques scandaleuses. Certains individus coiffés de mitres, de crosses et de vêtements pontificaux y donnent des bénédictions à la manière des évêques. D’autres y sont déguisés en rois et en ducs ; dans certaines régions, cela est appelé fête des fous ou des innocents ou des enfants. Certains y organisent des comédies masquées ou théâtrales, d’autres y organisent des danses pour hommes et femmes, invitant les gens à l’amusement et à la bouffonnerie. D’autres y préparent des plats et des banquets. Ce saint synode tient ces abus en détestation. Il interdit aux ordinaires, aussi bien qu’aux diacres et recteurs des églises, sous peine de privation de tout revenu ecclésiastique pendant trois mois, d’autoriser ces sortes de frivolités, de même que les marchés et autres foires, dans les églises, qui sont des maisons de prière, de même que dans les cimetières. Ils doivent punir les transgresseurs par des censures ecclésiastiques et par d’autres sanctions juridiques. Ce saint synode décrète que toute coutume, tout statut ou privilège qui n’est pas en conformité avec ces décrets, est vain, sauf s’il ajoute de plus fortes condamnations.

Pape Eugène IV, Concile de Bâle, Session 21, Décret condamnant les spectacles dans les églises, 9 Juin 1435

280px-portrait_du_pape_eugene_ivCi-dessous, une vidéo très démonstrative du chaos sacrilège et blasphématoire qui s’est installé dans les églises à la suite de la révolution de la secte Vatican II. Et cela est sans compter les centaines de milliers d’exemples de soi-disant évêques et soi-disant prêtres de la secte, ayant prêté l’église dont ils avaient la responsabilité pour toutes sortes d’événements mondains et sacrilèges. Attention, images choquantes pour les croyants, même s’il ne s’agit naturellement pas de messes valides :

Bien sûr, dans les milieux conservateurs ou traditionalistes qui reconnaissent les antipapes de la secte comme de vrais papes de l’Église catholique, on entend depuis des années des excuses lamentables : « Oui, mais Jean-Paul II a regretté ces abus, ces mauvaises lectures du missel de Paul VI, etc., de même que Benoît XVI ». Même si la masse des croyants de Vatican II est pratiquement livrée à « l’expérience de la foi », beaucoup, même parmi les libéraux-conservateurs, commencent à sérieusement détester Bergoglio en raison de la franchise maladroite de ce dernier, là où ses deux prédécesseurs étaient des serpents bien plus subtils. Ainsi, Bergloglio lui aussi a « douloureusement regretté les abus liturgiques » au cours d’un entretien avec des jeunes prêtres romains le 17 février 2015. Naturellement, des personnes convaincues, faute de doctrine, que de tels hérétiques peuvent être les successeurs de Pierre, seront également facilement troublées ou hésitantes à la lecture de ce genre de déclarations. Les catholiques sérieux sauront quoi penser en visionnant les « messes diocésaines des enfants » présidées par Bergoglio lorsqu’il était évêque moderniste de Buenos Aires, juste avant de remplacer Benoît XVI comme chef de la secte :

Tous ceux qui fréquentent les fausses messes de la secte Vatican II sont susceptibles de se trouver confrontés à de telles choses. Ici, même dans la jadis très catholique Pologne, on peut observer exactement les mêmes événements, et ceci depuis la promulgation du « novus ordo missae » de l’antipape Paul VI.

Naturellement, la France n’est pas en reste, comme nous le savons. Ici, pour le dimanche de Pâques, « l’évêque » novus ordo de Metz, Mr. Jean-Christophe Laglaize avait donné une « messe » dite « célébration eucharistique » sous une tente d’attraction foraine à Sarreguemines. On apprend dans l’article du Républicain Lorrain que les dons d’offertoire avaient été apportés par deux enfants à bord d’un auto-box, comme ci-dessous.

Opera Instantané_2019-10-10_140735_www.republicain-lorrain.fr

Ci-dessous, notre confrère catholique américain Novus Ordo Watch propose aux internautes une vidéo permettant de clairement mettre en lumière la différence nette entre une « messe » moderniste et la vraie messe catholiqu :