Combien y a-t-il de Béatitudes évangéliques et quelles sont-elles ?

Il y a huit Béatitudes évangéliques :

1 Bienheureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux leur appartient.

2 Bienheureux les doux, car ils posséderont la terre.

3 Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

4 Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

5 Bienheureux les miséricordieux, car ils trouveront miséricorde.

6 Bienheureux les coeurs purs, car ils verront Dieu.

7 Bienheureux les pacifiques, parce qu’ils seront appelés enfants de Dieu.

8 Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour l’amour de la justice, car le royaume des cieux leur appartient.

Pourquoi Jésus-Christ nous a-t-il proposé les Béatitudes ?

Jésus-Christ nous a proposé les Béatitudes pour nous faire détester les maximes du monde et pour nous inviter à aimer et pratiquer les maximes de son Evangile.

Quels sont ceux que le monde appelle bienheureux ?

Le monde appelle bienheureux ceux qui ont en abondance les richesses et les honneurs, ceux qui vivent dans les délices et qui n’ont aucune occasion de souffrir.

Qu’est-ce que les pauvres en esprit que Jésus-Christ appelle bienheureux ?

Les pauvres en esprit, selon l’Evangile, sont ceux qui ont le coeur détaché des richesses :

en faisant un bon usage, s’ils les possèdent

ne les recherchant pas avec sollicitude, s’ils en sont privés

en souffrant la perte avec résignation, si elles leur sont enlevées.

Qu’est-ce que les doux ?

Les doux sont ceux qui traitent le prochain avec douceur, souffrent avec patience ses défauts et les torts qu’ils en éprouvent, sans querelle, ressentiment ou vengeance.

Qui sont ceux qui pleurent et cependant sont appelés bienheureux ?

Ceux qui pleurent et cependant sont appelés bienheureux sont ceux ;

qui souffrent avec résignation les tribulations,

qui s’affligent à cause des péchés commis,

des maux, et des scandales qu’on voit dans le monde,

de l’éloignement du paradis et du danger de le perdre.

Qui sont ceux qui ont faim et soif de la justice ?

Ceux qui ont faim et soif de la justice sont ceux qui désirent ardemment de croître toujours davantage dans la grâce divine et l’exercice des oeuvres bonnes et vertueuses.

Qui sont les miséricordieux ?

Les miséricordieux sont ceux qui :

aiment leur prochain en Dieu et pour Dieu,

ont compassion de ses misères spirituelles et corporelles,

et tâchent de le soulager selon leurs forces et leur état.

Qui sont les coeurs purs ?

Les coeurs purs sont ceux qui :

n’ont aucune affection au péché et s’en tiennent éloignés,

et qui fuient surtout toute sorte d’impureté.

Qui sont les pacifiques ?

Les pacifiques sont ceux qui :

conservent la paix avec le prochain et avec eux-mêmes,

et qui tâchent de mettre la paix entre ceux qui sont divisés.

Qui sont ceux qui souffrent persécution pour l’amour de la justice ?

Ceux qui souffrent persécution par amour de la justice sont ceux qui supportent avec patience les moqueries, les blâmes et les persécutions à cause de la foi et de la loi de Jésus-Christ.

Que signifient les diverses récompenses promises par Jésus-Christ dans les Béatitudes ?

Les diverses récompenses promises par Jésus-Christ dans les Béatitudes signifient toutes, sous divers noms, la gloire éternelle.

Les Béatitudes nous procurent-elles seulement la gloire éternelle du paradis ?

Les Béatitudes ne nous procurent pas seulement la gloire éternelle du paradis, elles sont encore les moyens de rendre notre vie aussi heureuse qu’il est possible ici-bas.

Ceux qui suivent les Béatitudes n’en reçoivent-ils pas déjà quelque récompense en cette vie ?

Si, certainement, ceux qui suivent les Béatitudes en reçoivent déjà quelque récompense même en cette vie, parce qu’ils jouissent déjà d’une paix et d’un contentement intimes qui sont le principe, bien qu’encore imparfait, de la félicité éternelle.

Ceux qui suivent les maximes du monde peuvent-ils se dire heureux ?

Non, ceux qui suivent les maximes du monde ne sont pas heureux, parce qu’ils n’ont pas la vraie paix de l’âme et qu’ils courent le danger d’être damnés.

Publicités