Le saint concile enjoint à tous les évêques et à tous les autres ayant la charge et le devoir d’enseigner que, conformément à l’usage de l’Église catholique et apostolique, reçu dès les premiers temps de la religion chrétienne, et conformément au sentiment unanime des saints Pères et aux décrets des saints conciles, ils instruisent diligemment les fidèles, particulièrement sur l’intercession des saints et leur invocation, les honneurs dus aux reliques et le légitime usage des images. Aussi leur enseigneront-ils que les saints qui règnent avec le Christ offrent à Dieu leurs prières pour les hommes qu’il est bon et utile de les invoquer humblement et, pour obtenir de Dieu des bienfaits par son Fils Jésus Christ notre Seigneur, qui est notre seule Rédempteur et Sauveur, de recourir à leurs prières, à leur aide et à leur assistance. Ceux qui nient que l’on doit invoquer les saints qui jouissent dans le ciel d’un bonheur éternel ; ou bien ceux qui affirment que ceux-ci ne prient pas pour les hommes ou que les invoquer pour qu’ils prient pour chacun de nous est de l’idolâtrie, ou que cela va à l’encontre de la Parole de Dieu et s’oppose à l’honneur de Jésus Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes 1Tm 2,5 ; ou bien encore qu’il est stupide de supplier vocalement ou mentalement ceux qui règnent dans les cieux : tous ceux-là pensent d’une manière impie.

Les fidèles doivent aussi vénérer les saints corps des martyrs et des autres saints qui vivent avec le Christ, eux qui ont été des membres vivants du Christ et le Temple du Saint-Esprit (1Co 3,16 ; 1Co 6,15 ; 1Co 6,19 ; 2Co 6,16) et qui seront ressuscités et glorifiés par lui pour la vie éternelle ; par eux Dieu accorde de nombreux bienfaits aux hommes. Aussi, ceux qui affirment qu’on ne doit ni honneur ni vénération aux reliques des saints, ou bien que c’est inutilement que les fidèles les honorent ainsi que les autres souvenirs sacrés, et qu’il est vain de visiter les lieux de leur martyre pour obtenir leur soutien, tous ceux-là doivent être totalement condamnés, comme l’Église les a déjà condamnés autrefois et les condamne encore aujourd’hui.

De plus, on doit avoir et garder, surtout dans les églises, les images du Christ, de la Vierge Marie Mère de Dieu et des autres saints, et leur rendre l’honneur et la vénération qui leur sont dus. Non pas parce que l’on croit qu’il y a en elles quelque divinité ou quelque vertu justifiant leur culte, ou parce qu’on doit leur demander quelque chose ou mettre sa confiance dans des images, comme le faisaient autrefois les Gentils qui plaçaient leur espérance dans des idoles (Ps 135,15-17) , mais parce que l’honneur qui leur est rendu renvoie aux modèles originaux que ces images représentent. Aussi, à travers les images que nous embrassons, devant lesquelles nous nous découvrons et nous prosternons, c’est le Christ que nous adorons et les saints, dont elles portent la ressemblance, que nous vénérons. C’est ce qui a été défini par les décrets des conciles, spécialement du deuxième concile de Nicée, contre les adversaires des images.

Les évêques enseigneront avec soin que, par le moyen de l’histoire des mystères de notre Rédemption représentés par des peintures ou par d’autres moyens semblables, le peuple est instruit et affermi dans les articles de foi, qu’il doit se rappeler et vénérer assidûment. Et l’on retire aussi grand fruit de toutes les images saintes, non seulement parce que sont enseignés au peuple les bienfaits et les dons que lui confère le Christ, mais parce que, aussi, sont mis sous les yeux des fidèles les miracles de Dieu accomplis par les saints et les exemples salutaires donnés par ceux-ci de la sorte, ils en rendent grâces à Dieu, ils conforment leur vie et leurs mœurs à l’imitation des saints et sont poussés à adorer et aimer Dieu et à cultiver la piété. Si quelqu’un enseigne ou pense des choses contraires à ces décrets : qu’il soit anathème.

Si certains abus s’étaient glissés dans ces saintes et salutaires pratiques, le saint concile désire vivement qu’ils soient entièrement abolis, en sorte qu’on expose aucune image porteuse d’une fausse doctrine et pouvant être l’occasion d’une erreur dangereuse pour les gens simples. S’il arrive parfois que l’on exprime par des images les histoires et les récits de la sainte Écriture, parce que cela sera utile pour des gens sans instruction, on enseignera au peuple qu’elles ne représentent pas pour autant la divinité, comme si celle-ci pouvait être vue avec les yeux du corps ou exprimée par des couleurs et par des formes.

On supprimera donc toute superstition dans l’invocation des saints, dans la vénération des reliques ou dans un usage sacré des images ; toute recherche de gains honteux sera éliminée ; De plus, toute indécence sera évitée, en sorte que les images ne soient ni peintes ni ornées d’une beauté provocante et appelant à la luxure ; de même que la célébration des saints et la visitations des reliques ne doit en aucun cas et par personne être perverties par des excès de table et l’ivrognerie, comme si les fêtes en l’honneur des saints devaient être célébrées dans la luxure et la débauche.

Pour que cela soit plus fidèlement observé, le saint concile statue qu’il n’est permis à personne, dans aucun lieu… de placer ou faire placer une image inhabituelle, à moins que celle-ci n’ait été approuvée par l’évêque. On ne reconnaîtra pas de nouveaux miracles, on ne recevra pas de nouvelles reliques sans l’examen et l’approbation de l’évêque. Enfin, que le plus grand soin et la plus grand diligence soit employés à cela par les évêques : qu’il ne se trouve rien de désordonné, d’inconvenant ou d’arrangement portant à confusion, qu’il ne se trouve rien de profane, rien d’irrévérencieux, car «la sainteté convient à Ta maison».

Que ces choses soient observées le plus fidèlement possible. Le Saint Synode ordonne que personne ne soit autorisé à placer ou à faire placer quelque image inhabituelle, où que ce soit, de quelque manière que ce soit, à moins que cette image ait été approuvée par l’évêque. On ne reconnaîtra pas de nouveaux miracles, on ne recevra pas de nouvelles reliques sans l’examen et l’approbation de l’évêque, lequel, aussitôt après avoir reçu des informations certaines concernant ces affaires et après avoir écouté le conseil des théologiens et d’autres hommes pieux, devra agir en sorte qu’il devra juger et devra être exemplaire en matière d’orthodoxie et de piété. Mais si quelque abus douteux ou complexe doit être éliminé, ou bien si en définitive, tout autre question grave devait s’élever en ce qui concerne ces sujets, l’évêque, avant de juger la controverse, devra attendre la sentence du métropolite et des évêques de la province, dans un concile provincial, afin qu’aucune novation, ou quoique ce soit d’autre qui n’ait jamais été d’usage dans l’Eglise, ne soit jugé sans avoir d’avoir d’abord consulté le Très saint pontife romain.

Concile de Trente, 25e session, Décret sur l’invocation, la vénération et les reliques des saints, et sur les saintes images, n°1821 à 1825, 3 décembre 1563.

Résultat de recherche d'images pour "pius iv"

 

Publicités