La méditation bien connue des exercices de Saint Ignace, dite des deux standards, demeure très applicable à notre époque. Qu’on jette un simple regard sur le monde pour voir qu’il s’y trouve deux types de personnes : les mauvais et les bons, les ennemis du Christ et Ses fidèles disciples. Mais il existe aussi un troisième groupe de personnes, ce sont les indifférents et les apathiques, ceux qui ne pensent qu’à leur propre confort, à ce qui les arrange et à rien d’autre. Qu’on considère la chose, et l’on verra nettement que ces personnes, qui ne se focalisent que sur elles-mêmes –et leur nombre semble croitre d’année en année, appartiennent à l’arrière-garde de ceux qui se battent sous l’étendard de Satan. Tel est l’ennemi du Christ, que celui qui ne fait montre d’aucune générosité, d’aucun esprit de sacrifice, d’aucun désir de combattre le mal qui menace de submerger le monde. « Celui qui n’est pas avec Moi, est contre Moi » (Mt. 12 ;30) a dit Notre Seigneur Jésus Christ. Or, personne ne peut demeurer indifférent lorsqu’il est placé devant le choix du bien et du mal, car l’indifférence équivaut à la trahison. « Le chrétien, affirme Tertullien, est un autre Christ ».

Le fait de porter le nom de chrétien nous oblige nécessairement de combattre ouvertement et courageusement sous l’étendard du Christ. Le combat doit être mené sur deux fronts. D’un côté, le combat est intérieur. Nous devons résister à nos tendances belliqueuses et à notre égotisme. Dans le même temps, nous devons en permanence travailler à grandir dans la perfection chrétienne. D’un autre côté, le combat est externe. Il ne suffit pas ne nous sanctifier nous-mêmes, mais nous devons aussi faire en sorte de sanctifier les autres. Lorsque nous considérons les sacrifices rendus pour la cause du mal, par les ennemis du Christ, comment pourrions-nous demeurer indifférents ? Nous devrions travailler avec zèle et avec l’aide de la grâce de Dieu afin d’atteindre notre propre sanctification, ainsi que le règne du Christ dans l’Univers. Aussi devrions-nous examiner nos œuvres passées et nous résoudre à être plus déterminés encore dans nos efforts futurs.

A côté, donc, de la masse des indifférents, nous pouvons observer aujourd’hui, comme lors de chaque étape de l’histoire de la Chrétienté, le tableau de deux armées en guerre : les ennemis du Christ et les fidèles du Christ. Les forces du bien et les forces du mal, ainsi que les diverses armes que ces forces ont à leur disposition, ont considérablement augmenté dans l’époque moderne. Entre les deux, Se trouve le Christ, « un signe en butte à la contradiction » (Luc 2 ;34), ainsi que Siméon le prophétisa. Il y a donc ceux qui se donnent entièrement à Jésus, leurs moyens et talents particuliers, leur santé, leur virginité, offertes comme sacrifice à un plus haut idéal, et si nécessaire, leur propre sang. Mais il y a aussi ceux qui vont utiliser toutes sortes de moyens que le progrès technique moderne a apportés, tels que la presse, le cinéma et la télévision, afin de détruire la domination de Dieu sur les âmes. Le mal est aujourd’hui organisé à une échelle immense. Ainsi, pourquoi n’emploierions nous pas ces moyens techniques modernes afin de diffuser le bien à travers le monde ? Cela demandera ans doute des sacrifices, mais nous ne pouvons refuser de faire des sacrifices pour Jésus-Christ, Lui qui S’est offert pour nous.

Ainsi, à l’ouvrage ! Prenons de bonnes résolutions. La sanctification, à laquelle nous devons tous tendre, consiste à ne jamais rien refuser à Jésus, peu importe ce qu’Il nous demande et peu importe le sacrifice qu’Il exige de nous. Voici ce qu’est être un vrai chrétien, voici ce qu’est être de vrais disciples et soldats de Jésus-Christ.

Mgr. Antonio Bacci, traduction de Meditations for each day, 1959.

Publicités