Adeste fideles (en français : « Accourez, fidèles… ») est un hymne traditionnel catholique en latin chanté durant le temps de Noël et qui remonte au 18e siècle. La musique et les paroles sont généralement attribuées à John Francis Wade (né en 1710 ou 1711 et mort en 1786), copiste et enseignant de musique catholique, jacobite exilé à Douai dans le nord de la France. Le texte reprend le contexte de l’Evangile de Noël dans Luc 2 ; 8-16. La version présentée ici est la version communément adoptée et approuvée par l’épiscopat français depuis le 19e siècle. Elle retient quatre strophes : la strophe 1 de l’original de John Francis Wade et les strophes 2,3 et 4 ajoutées par le Père Jean-François Borderies au cours des années 1790.

Latin Français, traduction de Don Gaspar Lefebvre, dans son Missel Vespéral Romain
Adeste, fideles, læti triumphantes.

 

Venite, venite in Bethlehem.

Natum videte Regem angelorum.

 

Venite, adoremus (ter)

Dominum.

Accourez, fidèles, joyeux, triomphants :

 

Venez, venez à Bethléem.

Voyez le roi des Anges qui vient de naître.

 

Venez, adorons, (trois fois)

Venez adorons le Seigneur.

En grege relicto humiles ad cunas,

 

Vocati pastores approperant,

Et nos ovanti gradu festinemus.

 

Venite, adoremus (ter)

Dominum.

Dociles à la voix céleste, les bergers quittent leur troupeau

 

et s’empressent de visiter son humble berceau

Et nous aussi, hâtons-nous d’y porter nos pas.

Venez, etc. (trois fois)

Æterni Parentis splendorem æternum,

 

Velatum sub carne videbimus,

Deum infantem pannis involutum.

 

Venite, adoremus (ter)

Dominum.

Nous verrons celui qui est la splendeur éternelle du Père,

caché sous le voile d’une chair mortelle;

Nous verrons un Dieu enfant enveloppé de langes

 

Venez, etc. (trois fois)

Pro nobis egenum et fœno cubantem

 

Piis foveamus amplexibus ;

Sic nos amantem quis non redamaret ?

 

Venite, adoremus (ter)

Dominum.

Embrassons pieusement ce Dieu devenu pauvre pour nous

et couché sur la paille;

Quand il nous aime ainsi,

Comment ne pas l’aimer à notre tour ?

 

Venez, etc. (trois fois)